La respiration, quelques techniques



La respiration est le reflet de notre état vital et psychique.

Constater son rythme et son amplitude nous renseigne sur notre état de santé et de bien être.


L’être humain effectue quotidiennement entre 20 000 et 25 000 cycles respiratoires et le cerveau à lui seul consomme 1/3 de cet apport.


Bien respirer permet d’oxygéner le cerveau, d’optimiser la qualité de la circulation sanguine, de l’ influx nerveux, du rythme cardiaque, de gérer son stress, ses douleurs, de mieux digérer, de mieux dormir et également de calmer le mental et les émotions.


Nous pouvons agir naturellement sur ce mouvement à la base involontaire et inconscient à l’aide de différents exercices respiratoires et quelques minutes de pratiques suffisent pour obtenir un bienfait. Voici quelques exemples de pratiques :


La respiration abdominale :

Cette respiration consiste à gonfler son ventre à l’inspiration et à le vider à l’expiration, abaissant ainsi le principal muscle respiratoire, le diaphragme, situé dans la zone du plexus solaire, qui sépare l’abdomen du thorax.

En plus des vertus précédemment citées, cette respiration nous permet de masser l’ensemble des organes intra-abdominaux.


La pratique :

Lorsqu’on débute, on peut s’aider de ses mains pour se rendre compte du mouvement. En position debout ou assise, une main paume contre le ventre et l’autre main au niveau des vertèbres lombaires, ou bien allongé, une main sur le ventre uniquement.

On inspire par le nez en gonflant le ventre, la main sur le ventre est poussée et on expire par la bouche en vidant le ventre, on sent le dos qui se plaque sur l’autre main.


Variantes :

On peut poser une intention, par exemple, j’inspire le calme, j’expire les tensions. On peut également faire une suspension respiratoire entre l’inspire et l’expire et/ou moduler les temps.

Par exemple 3/6 : j inspire sur 3 secondes, pause respiratoire sur 1 seconde, j’expire sur 6 secondes, pause… L’expiration est toujours plus longue que l’inspiration.


La respiration complète :

Cette technique est celle qui apporte le plus d’avantages en terme de résultats et d’oxygénation, elle est à elle seule un soin profond et libérateur de l’énergie au niveau du plexus solaire et du coeur. Elle permet de se recentrer dans l’ici et maintenant et de calmer le mental.

Une série de 3 respirations complètes est utilisée comme prémisse à une pratique méditative ou sophronique modifiant subtilement notre état de conscience et de réception.

Elle mobilise les 3 étages de l’appareil respiratoire :

l’étage inférieur ou abdominal

l’étage moyen ou thoracique

l’étage supérieur ou scapulaire

Son principe de départ est le même que la respiration abdominale, à l’inspiration on remplit le ventre d’air, puis on fait passer cet air au thorax, jusqu’en haut des poumons. A l’expiration, l’air suit le trajet inverse, on vide d’abord le haut des poumons, puis le thorax et le ventre en dernier.


La pratique :

L’intégration de cette respiration peut prendre du temps, particulièrement en état de stress lorsque l’air inspiré ne descend pas plus bas que l’étage thoracique, voire scapulaire.L’acquisition se fera en douceur, petit à petit, en pratiquant.

En position allongée sur le dos, on pose une main sur le ventre et une autre sur le thorax pour bien se rendre compte des mouvements du corps.

On expire jusqu’à vider complètement les poumons.

Puis on inspire par le nez en remplissant le ventre, la main posée dessus se lève et lorsque le ventre est plein on amène l’air jusqu’en haut des poumons, jusqu’à ce que les épaules soient légèrement poussées vers l’arrière.

On expire par la bouche en vidant d’abord le haut des poumons, le thorax et le ventre en dernier.


Variantes :

La respiration calmante : Respiration complète où le temps d’expiration est rallongé, on imagine, ou bien on le fait réellement, qu’on expire dans une paille. On peut amplifier l’effet calmant en visualisant un paysage, une couleur, quelque chose qui nous détend à l’issu de 3 séries.

La respiration énergisante : Respiration complète où le temps d’expiration est rapide et énergique, comme pour éteindre le plus brièvement possible toutes les bougies d’un gâteau d’anniversaire. Là aussi, on peut amplifier l’effet énergisant en visualisant une situation, une couleur, quelque chose qui nous stimule à l’issu de 3 séries.


La cohérence cardiaque :

Cet exercice consiste à avoir des temps d’inspire et d’expire de même durée. Cela permet de réguler son rythme cardiaque et d’agir sur le système nerveux autonome, particulièrement efficace en cas d’angoisse ou de stress. Plus globalement, c’est un exercice qui permet une meilleure synchronicité cerveau gauche/cerveau droit, un meilleur équilibre.


La pratique :

On inspire par le nez sur 5 secondes et on expire par la bouche sur 5 secondes et ce, 18 fois (18 cycles respiratoires).


Nettoyage des canaux subtils :

Nos 7 chakras de base se situent à l’intersection de 3 principaux canaux d’énergie dans lesquels circulent l’énergie vitale.

Il y a un canal central qui part du coccyx pour aller jusqu’au dessus de la tête, et 2 canaux latéraux, liés au canal central par le bas.

Il y a un canal latéral gauche qui part du bas du canal central, qui monte au niveau de la boîte crânienne et ressort par la narine gauche et même chose à droite, un canal qui part du bas du canal central, remonte jusqu’à la boite crânienne et ressort par la narine droite.

L’exercice qui va suivre vous permet de nettoyer ces canaux, de les vider des émotions qui peuvent s’y être cristallisées au cours de la journée ou de la nuit et tout simplement d’optimiser votre énergie vitale.

L’idéal serait de pratiquer cette série de respiration 2 fois par jour, le matin et le soir.


Pratique :

Cet enchainement se compose de 3 séries de respiration pour nettoyer le canal de gauche, 3 séries pour nettoyer le canal de droite, et 3 séries pour nettoyer le canal central.

On se place en position debout ou assise, le dos droit, la colonne d’air dégagée.

Tout d’abord, on expire avec la bouche.

Pour la première série de respiration, on va utiliser la main droite.

On plie le pouce de la main droite au niveau de l’annulaire et on exerce une pression sur la narine droite avec l’index afin de l’obstruer.

On inspire avec la narine gauche et on visualise le trajet de l’air qui descend à l’intérieur du canal central jusqu’au périnée, qu’on peut contracter si on le souhaite.

En suspension respiratoire, on déplace l’index de la main droite sur la narine gauche que l’on vient obstruer et on expire. On visualise le trajet de l’air passant par le canal de droite, remontant jusqu’à la boite crânienne et ressortant par la narine droite.

On recommence 2 fois.

Ensuite, même chose de l’autre côté, on utilise cette fois ci la main gauche.

On plie le pouce de la main gauche au niveau de l’annulaire et on vient obstruer la narine gauche avec l’index. On inspire avec la narine droite et on visualise le trajet de l’air qui descend à l’intérieur du canal central jusqu’au périnée, qu’on peut contracter si on le souhaite.

En suspension respiratoire, on déplace l’index de la main gauche sur la narine droite que l’on vient obstruer et on expire. On visualise le trajet de l’air passant par le canal de gauche, remontant jusqu’à la boite crânienne et ressortant par la narine gauche.

On recommence 2 fois.

On termine par le nettoyage du canal central.

On inspire à l’aide des 2 narines, on visualise le trajet de l’air qui descend jusqu’au périnée et à l’expire on le visualise ressortir à la fois par les 2 narines et au-dessus de la tête.

Bien évidement, l’air ne va sortir par le dessus de la tête, il s’agit de s’aider de la visualisation pour optimiser le nettoyage de ce canal d’énergie.

On recommence 2 fois

34 vues