Ego, lumière et temps présent

Imaginez, avec un regard simplifié, que l’être humain est composé d’ombre et de lumière.


Un ensemble d’atomes dans une structure, qui représente la matière, l’ombre et un champ d’énergie en mouvement qui représente la lumière. Celle qui circule à l’intérieur et traverse le corps physique pour se déployer dans l’aura extérieur, devenant perceptible.


Maintenant, je vous invite à envisager que toute action qui part de vous, projette de la lumière à l’extérieur, que ce soit une pensée, une émotion, un geste…


Lorsque vous agissez, vous émettez de la lumière.


Cette lumière vous la prenez en vous et la projetez à l’extérieur, elle fait le lien entre votre intention et votre action.


Une fois que cette action est réalisée, vous recevez l’ensemble des informations qui s’en dégage, comme un flot de lumière qui vous nourris en retour.


Prenons l’ exemple de quelqu’un de conditionné dans une boucle émotionnelle pour illustrer ce que ce processus implique :

Quand cette personne conduit et que la personne dans la voiture devant ne met pas son clignotant avant de tourner, systématiquement, elle ronchonne, l’insulte.


Qu’est ce qu’il se passe à ce moment là :

Cette personne projette une partie de sa lumière dans cette expérience, elle vient nourrir ce schéma de manière très automatique.

Elle utilise sa lumière pour nourrir un schéma répétitif qui n’évolue pas, un serpent qui se mords la queue : Lorsqu’il n’y a pas de clignotant je me met en colère, j’ai raison d’être en colère car il n’y a pas de clignotant…

Dés qu’elle reçoit l’information « pas de clignotant », elle réponds ( avec sa lumière ) « colère ». Elle prends une partie de son énergie et vient la donner, en faire cadeau à cette boucle caduque qui ne nourrit personne si ce n’est la boucle elle même.


Si cette personne comprend ce processus, l’applique et si elle lâche prise avec ce comportement, elle récupère de sa lumière, qui pourra être utilisée par le corps pour réguler le niveau de stress par exemple.


Je vous invite à jouer avec cette idée, qu’à chacune de vos actions, c’est votre lumière que vous déployez, que vous projetez et cela crée une boucle qui vous nourrit en retour.


Toujours avec un regard simplifié, on pourrait approfondir la réflexion en prenant en compte la vitesse de cette lumière.


Une action émet de la lumière, une lumière est générée puis véhiculée à une certaine vitesse, elle est projetée.


Lorsque nous sommes dans un schéma conditionné, il est automatique, cela va très vite. Notre lumière se déploie et vient nourrir une boucle qui s’auto-gère.

Dans l’exemple précédent, l automatisme de cette personne est très ancré, cela va très vite, pas de clignotant et colère sont liées par cette vitesse et c’est cette vitesse qui est enfermante.


On pourrait dire que cette lumière gaspillée, c est du temps en moins pour notre présent, du temps que nous donnons à un espace hors de nous.


Quelques exemples de pratiques :

Vous pouvez vous demander ce que votre lumière nourrit dans une action, une pensée et quelle lumière vous recevez en retour.

Vous pouvez imaginez que vous inspirez et expirez de la lumière, vous pouvez visualiser que lorsque vous inspirez, de la lumière s’infiltre par les pores de votre peau et que lorsque vous expirez, vous projetez cette lumière à l’extérieur.

Vous pouvez aussi visualiser que vous apportez de la lumière à votre corps progressivement, segments corporels après segments corporels (pouce gauche, index gauche…)

En jouant avec l’idée que toute action émet de la lumière, vous allez comme assouplir les structures égotiques. Comprendre que la lumière que nécessite l’action, je la puise en moi, je la projette et vient nourrir un extérieur qui vient me nourrir en retour et petit à petit ne plus nourrir les boucles inutiles et épuisantes.


Prenez soin de votre lumière, de la petite flamme intérieure et bonne pratique :)


33 vues